logo

Sources d’énergie renouvelables non conventionnelles

 

En 2007, les scientifiques ont estimé qu’environ 7 % des besoins énergétiques mondiaux étaient satisfaits par des sources d’énergie renouvelables. L’énergie nucléaire en fournissait environ 5 % de plus, les 88 % restants provenant de la combustion du charbon, du gaz et du pétrole, qui sont tous, à court terme du moins, non renouvelables. Ces derniers ont, en effet, mis des milliers d’années à se former au sein de la croûte terrestre, et rejettent de grandes quantités de dioxyde de carbone dans notre atmosphère.

 

La demande énergétique doublera d’ici 2050

 

L’énergie nucléaire a fourni 5 % de l’énergie restante.

Un récent rapport du Conseil mondial de l’énergie prévoit que la demande énergétique mondiale doublera d’ici 2050, en grande partie en raison de la croissance démographique globale, de la croissance économique des pays en développement et de l’urbanisation croissante de nombreux territoires. Alors que l’accent sur les sources renouvelables pour le propriétaire d’un foyer ou d’une entreprise peut bien être mis sur ce qu’ils peuvent faire pour s’assurer des prix d’électricité bon marché, il est clair qu’il y a des questions plus larges à aborder au sein de l’industrie de l’énergie et de la communauté scientifique dans le monde entier.

Aux États-Unis, du moins, la production d’énergie renouvelable au premier semestre 2013 s’est élevée à 14,20 %, ce qui constitue une légère augmentation par rapport à la même période en 2012. Ces sources renouvelables comprennent la biomasse, la géothermie, l’hydroélectricité, l’énergie solaire et l’énergie éolienne, et il faut noter parmi celles-ci que les sources non hydroélectriques ont triplé leur production au cours de la dernière décennie.

La biomasse est une source d’énergie renouvelable.

La production d’énergie à partir de la biomasse repose sur la combustion de matières biologiques, notamment le bois, la paille, les déchets animaux et d’autres sous-produits agricoles, ainsi que des cultures énergétiques spécifiques comme le colza. Alors que la production d’énergie à partir de la biomasse était autrefois une pratique courante dans de nombreux foyers avec les feux de charbon et de bois, les poêles à bois et autres systèmes similaires, les systèmes de chauffage central au gaz et à l’électricité sont maintenant devenus la norme au Royaume-Uni.

L’énergie géothermique à grande échelle repose sur l’énergie créée et stockée dans la terre elle-même. La meilleure illustration de l’utilisation de l’énergie géothermique est sans doute celle des sources chaudes, qui ont été utilisées pour se baigner dans de nombreux territoires depuis la préhistoire. Un certain nombre de pays dans le monde utilisent maintenant des applications à grande échelle de cette technologie, mais elle est généralement limitée géographiquement aux zones d’activité des plaques tectoniques. Une utilisation limitée de cette technologie peut être faite au niveau domestique avec des pompes à chaleur installées dans le sol et des systèmes similaires.

L’énergie hydroélectrique a traditionnellement impliqué la production d’électricité à partir de la force de l’eau s’écoulant vers le bas en raison de la gravité, mais peut également inclure des applications reposant sur la production de l’énergie des vagues et des marées. 

L’énergie solaire et l’énergie éolienne sont peut-être les plus évidentes de ces sources, car leur utilisation devient de plus en plus courante au sein des propriétés domestiques et des petites entreprises.

L’énergie solaire et l’énergie éolienne sont les plus évidentes de ces sources.

Certaines des techniques moins conventionnelles qui ont été identifiées, et qui sont à différents stades de développement dans le monde, comprennent la technologie avancée de l’hydrogène, la fusion froide, l’énergie du vide, et d’autres. Dans la technologie avancée de l’hydrogène, la manipulation du plasma d’hydrogène est utilisée pour induire des états électroniques avec des rendements énergétiques élevés. La fusion froide induit des réactions nucléaires non radioactives à basse température en utilisant des moyens électrochimiques et autres. Des techniques chimiques nouvelles et innovantes sont mises au point afin de recycler le dioxyde de carbone et d’autres polluants à leur source, et l’industrie nucléaire et d’autres continuent de développer des techniques pour l’assainissement et la réutilisation des déchets nucléaires radioactifs.