Le Ragréage : Comment bien le réaliser pour un résultat parfait ?

architecture-2576906_960_720
Partager cette article sur
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Une fois le gros œuvre terminé, les travaux de finition commencent. Le second œuvre comprend : la peinture, l’isolation et le revêtement mural et du sol. Ces derniers peuvent présenter des surfaces imparfaites avec des bosses ou des différences de niveau. On doit donc procéder au ragréage de ces surfaces.

Définition

Le ragréage consiste en la pose d’un enduit de finition sur une surface brute, neuve ou rénovée (voir aussi l’enduit de lissage). Il permet de :

  • Aplanir la surface,
  • Lisser le sol.

Le ragréage décoratif est une fine couche de béton qui sert à camoufler les vieux sols intérieurs et extérieurs ou à unifier plusieurs revêtements de sols (attention au nid de frelon). Il possède une grande résistance à l’usure. Il est une alternative satisfaisante aux sols en béton ciré qui coutent cher. Il peut être réalisé facilement mais il faut respecter le temps de séchage pour une finition lisse.

Il est indispensable pour un sol bosselé, il va y rajouter une épaisseur de 5 à 10 mm qui permettra de poser plus facilement un revêtement de sol.

Quel est le meilleur ragréage ?

Le ragréage liquide ou autolissant

Dans ce type de ragréage, on utilise un mélange de poudre et d’eau pour couvrir des trous dont la profondeur n’excède pas 2 cm. Ce caractéristique d’« autolissant » est le principal avantage de cette sorte de ragréage : il s’applique tout seul, il n’y a pas besoin de repasser après l’application pour lisser le mortier.

Le ragréage à base de mortier ou ragréage autonivelant 

Le produit autonivelant a pour avantage une mise en œuvre très rapide. Il se répand vite et garantit une surface parfaitement plane. Son principal inconvénient est qu’il n’est pas adapté aux sols souples comme les parquets stratifiés ou les dalles plastiques. On parle de mortier de nivellement quand lorsque les trous sont trop nombreux à combler.

La chape de ragréage 

Elle sert à combler les trous dont la profondeur dépasse les 4 cm. 

Comment faire un ragréage autolissant ?

Préparer le sol

Il faut d’abord vérifier l’état du sol et évaluer les défauts qui y sont constatés. Une fois qu’il est assuré que les dégâts ne sont pas assez importants pour nécessiter la pose d’une chape de béton, il faut voir si le sol est compatible avec le ragréage. Le béton, le sol d’un ancien carrelage, le ciment sont des sols qui peuvent être traités. Il faut ensuite bien nettoyer la surface afin de garantir l’adhérence du produit de ragréage. Si le sol est humide, on peut utiliser un film polyéthylène. Si il est poreux, il faut utiliser un primaire d’accrochage.

Préparer le mortier

Il faut mélanger le produit autolissant en poudre avec de l’eau par le biais d’un malaxeur.

Verser le mortier

Grâce à une étaleuse, il faut répandre le mortier sur toute la surface (ici la calathea). Pour obtenir un résultat satisfaisant, il faut respecter le temps de séchage.

Ragréage 3cm

Comment faire un ragréage de 3 cm ?

Le ragréage de 3 cm est délicat à réaliser dans le sens où il n’est pas à proprement parler un ragréage (qui est réservé aux trous de 2cm) ni une chape (pour les trous de 4 cm de profondeur). Aussi, pour arriver à un bon résultat, il faut :

  • Soit bien doser l’enduit jusqu’à ce qu’il soit gras, et y assortir un produit d’accroche
  • Soit casser un peu le sol pour obtenir l’épaisseur idéale pour poser une chape
  • Soit travailler un avec un ragréage plus puissant et prévoir par conséquent un plus grand budget.

Comment faire un ragréage sans bulle ?

Les bulles d’air présentes dans le mortier fragilisent le ragréage et si le débullage est mal réalisé, il vaut mieux décaper la surface et recommencer. Mais pour ne pas en arriver là, voici quelques conseils à suivre.

Les astuces pour éviter les bulles sont :

  • Augmenter la durée de malaxage du mortier afin de disperser l’air et rendre le mélange plus consistant
  • Respecter les doses surtout celle de l’eau
  • Utiliser un primaire d’accrochage

Les outils pour ôter les bulles d’air :

On peut utiliser différents outils proposés (voir aussi la clé dynamométrique) sur le marché :

  • La barre à débuller : une barre parallèle au sol avec laquelle on tapote la surface du liquide encore fraîche
  • Le balai débulleur : un large balai à deux poignées qui fonctionne de la même facon que la barre à débuller
  • Le rouleau débulleur : il est efficace sur les chapes de faible épaisseur

Durant l’opération de débullage, on peut utiliser des chaussures à picots. Ils enlèvent les bulles sous la surface sans laisser de traces.

faire un réagrage

Est-il obligatoire de faire un réagrage ?

Les cas dans lesquels il est obligatoire

Le sol présente :

  • Des trous
  • Des bosses
  • Des dénivelés

Les cas dans lesquels il n’est pas obligatoire

  • Un ponçage suffit à gommer les défauts
  • Un simple enduit suffit à combler les creux
  • Le sol est en ciment sain et sec